Home > Votre projet > confort thermique été/hiver
Retour à la liste des projets
Pour chaque travaux, le lien redirige vers un bouquet de travaux qui permettra de diviser par 4 ces consommations d'énergie

confort thermique été/hiver

Travaux envisageables et liens avec une rénovation énergétique

Le confort thermique d'hiver

Le confort thermique en hiver dépend de 3 facteurs : le ressenti des occupants, les caractéristiques de l'enveloppe du bâtiment, les équipements de chauffage.

Si l'on exclut le premier facteur, propre à chaque personne (âge, condition physique, habillement, etc.), il en reste deux, liés au bâtiment. Les bouquets de travaux présentés dans cet outil portent sur la rénovation thermique du bâti et les équipements, ils influeront donc sur le confort thermique d’hiver et ont été étudiés pour l’améliorer.

Le confort thermique d’été

Le confort thermique en été, ou plutôt l’inconfort, peut déclencher des actions de la part des occupants, sans connaissance réelle de leur efficacité ou de leur impact.

Une personne va par exemple ouvrir ses fenêtres pour qu’il y ait un brassage d’air suffisant et amener un effet de rafraîchissement. Mais cela aura aussi pour effet de réchauffer l’air intérieur et les parois, si l'air qui rentre est plus chaud.

On peut aussi citer l’installation d’un climatiseur qui augmentera le confort ponctuellement mais aussi la facture d’électricité, ou encore l’installation de stores intérieurs, laissant penser que le soleil n’entrera pas dans la pièce alors que le rayonnement solaire aura déjà atteint les fenêtres et donc le logement.

Afin d’obtenir un confort d’été satisfaisant dans un logement en région PACA, sans avoir recours à un système de climatisation actif, voici les 4 principes de base :

  • la mise en place de protections extérieures des menuiseries contre les apports solaires (volets, pergolas, végétation, etc.)
  • la présence d’inertie (capacité à stopper les variations brutales de température)
  • la sur-ventilation nocturne afin de rafraîchir le logement
  • la limitation des apports internes, et leur évacuation (équipements électroménagers et autres)


A ces 4 principes, on peut ajouter l’installation d’un équipement de brassage d’air, qui permettra d’obtenir une température ressentie inférieure à la température réelle intérieure (la température ressentie peut être de 3°C inférieure à celle de la pièce). En zone littorale, la présence d’inertie et la sur-ventilation nocturne sont moins indispensables. Par contre, le brassage d’air est essentiel (ventilation transversale par ouverture des fenêtres ou brasseurs d’air).

Les bouquets de travaux intégreront directement des préconisations sur le confort d’été, même si celles-ci n’agissent pas directement sur les consommations de chauffage.